Fidel Castro, la patrie ou la mort